L’approche amoureuse du prospect, un savant mélange de séduction et de sciences

 

Nous avons vu, lundi dernier (j’invite les lecteurs de ce post à lire le précédent pour bien le comprendre), que votre réussite sur la Toile passait dans un premier temps par la séduction des moteurs de recherche, au premier rang desquels Google attire toute votre convoitise.

Avant de poursuivre et d’aborder la seconde et ultime étape de cette parade nuptiale qui doit vous faire réussir sur la Toile, est-il nécessaire de rappeler que pour tous vos projets de rédaction, je suis à votre disposition pour vous faire aimer aussi bien des moteurs de recherches que de vos lecteurs ?  Voilà, la partie promotionnelle de ce billet étant passé, nous pouvons nous concentrer à nouveau sur notre sujet.

Rappelons ii, que vous avez donc réussi à séduire Google et que vous êtes extrêmement bien placé sur les pages du moteur de recherche, ce qui en soit n’est pas profitable mais dont vous espérez bien tirer parti.

Les mots-clés, parfum envoutant ou « tue l’amour » ?

La rédaction web pour fidéliser vos lecteurs

Comment attirer les internautes et les fidéliser sur votre site ?

Pour parvenir à ce résultat, même si vous avez eu recours à un référencement payant, vous avez dû déployer des efforts en ce qui concerne les mots clés. Pour que cette partie de notre étude soit plus parlante, nous allons prendre un exemple imaginaire, celui d’un camping en bord de mer. Vous avez donc réussi à bien vous positionner sur les mots clés « vacances pas cher », « vacances en bord de mer »…

La partie technique a donc été efficace, mais lorsque votre visiteur arrive sur votre site que va-t-il y découvrir….Vous avez choisi de plaire à Google, alors vous expliquez sur une page, comment votre « camping en bord de mer » se révèle être l’idéal pour passer des vacances inoubliables en famille. Vous rappelez aux lecteurs, qu’ils peuvent depuis votre établissement accéder aux immenses plages de sable fin, profiter de toutes les activités aquatiques possibles, partir découvrir l’arrière-pays sous un soleil chaud et agréable,….

C’est très bien, vous restez dans l’univers des vacances en bord de mer, et Google apprécie votre parade puisqu’il retrouve le champ sémantique de cet univers.

Mais prenez-vous votre lecteur pour un attardé mental ? Ce dernier se doute bien, que si vous êtes en bord de mer, il existe des plages. Il ne sait que trop bien, que si il décide d’aller en Provence, il va connaître ce climat enchanteur, et inutile de lui dire que les délices des activités nautiques sont accessibles, c’est pour cela qu’il est sur votre site.

Comment passer de l’attrait à la séduction ?

Vous avez réussi votre première phase, attirer votre lecteur (en même temps que Google). Il faut donc passer la seconde et faire de cet attrait une véritable arme de séduction. Ce n’est pas toujours facile, je vous l’accorde mais cela nécessite un peu de réflexion.

Si le client est arrivé sur votre page, c’est bien parce qu’il recherchait une information, un service, un produit….(on parle des prospects venant des moteurs de recherche, pas de ceux qui ont cliqué sur une bannière publicitaire). Ne le perdez pas en vous perdant dans des textes SEO bien rédigés mais sans aucun intérêt pour le client.

Le camping vous accueillera dans une ambiance conviviale. On se doute bien que l’on ne va pas nous recevoir en nous jetant des tomates. Les soirées sont animées…ouf, on a eu peur, on croyait qu’on s’ennuyait à mourir et la gastronomie locale mise à l’honneur…là vous croyez que le lecteur se rassure en se disant qu’il ne mangera pas le cassoulet de William Saurin.

Il faut apporter une véritable information à votre lecteur. Par exemple, vos soirées sont animées ? Prouvez-le, expliquez-nous en quoi vos soirées sont spécialement bien organisées. Que s’y passe-t-il ? Le petit train touristique de la région passe jusqu’à 22h30 devant votre camping, cela ça peut apporter un véritable plus à vos lecteurs, qui peuvent déjà se projeter dans leur prochain séjour. La gastronomie locale,…pourquoi ne pas parler des rillettes de chez Jean Dupond ou encore de ces délicieuses nectarines cueillies dans l’après-midi dans le verger de Frédéric Dupond (oui ils sont frères …rires).

De la séduction au mariage d’amour, un essai à transformer

La rédaction web pour réussir

Attirer et garder les prospects, l’enjeu de votre référencement

Vous pouvez multiplier les approches différentes en fonction de votre cible. Le camping pourra, par exemple, informer ses visiteurs mais aussi les assister. Pourquoi, par exemple, ne pas créer une page « Que faire si il pleut à moins de 5 minutes de marche du camping ? «  « Comment occuper mes enfants pour moins de 10 euros par jour en été à proximité du camping ? «  Comment épater sa moitié avec une offre romantique ? « …. Les idées ne manquent pas, il suffit de travailler, travailler, travailler…Ici, le rédacteur, que je suis, reste à votre disposition pour vous proposer bien d’autres pistes

Au final, vous avez donc des Internautes, qui sont arrivés sur votre page parce que vous proposez un produit ou un service, sur lequel ils ont besoin d’informations ou qu’ils souhaitent acheter.

Puis, vous réussissez à capter leur attention par une approche originale et de qualité, le résultat est imparable et ils commanderont chez vous. Bien évidemment à ce stade, il faut se reporter au 1er article de lundi dernier, car il faut que d’un point de vue technique, tout soit parfait. Si vous les captivez par vos propos et votre ton, mais que vous ne proposez pas de paiement en ligne par exemple, vous risquez de voir le charme se briser rapidement.

Ainsi se termine la saison estivale d’Éric Rédaction, mais contrairement à ce que vous pourriez croire, cet article devrait être lu, relu et encore relu avant de se lancer dans une stratégie éditoriale. Alors vous êtes plutôt technique, créatif ou multitâches ?

La réussite sur le Web, une relation amoureuse à trois

 

Les vacances se terminent, et dans une semaine les blogs des agences SEO et autres référenceurs professionnels vous proposeront à nouveau un (ou plusieurs) articles quotidiens, vous invitant à vous interroger sur la meilleure manière de tirer profit de la Toile. Je profite de cette dernière semaine de vacances (non, non votre rédacteur préféré n’a pas pris de vacances cette année, pour mieux vous servir) pour revenir, d’une manière plus ludique, sur un de mes thèmes de prédilection : la rédaction Web.

 

Quand le S.E.O. rythme votre stratégie

Google et la rédaction pour le web

Google, amour d’été ou passion d’une vie ?

J’en entends déjà certains d’ici pousser des cris d’horreur et pourtant !!! Tâchons de faire simple (souvenons-nous que nous sommes toujours en pleine période estivale, et que certains lisent ma prose tranquillement allongés sur les plages de sable fin). La rédaction Web, quel que soit le domaine d’activité, vise un but simple et compréhensible par chacun : attirer le prospect.

En effet, quel que soit le produit ou le service à vendre, il faut avant tout faire venir le visiteur sur votre site. Fort de ce constat, il suffit ensuite de constater (on peut protester ou se lancer dans d’interminables discussions mais les chiffres sont sans équivoque) que le trafic d’un site provient essentiellement des moteurs de recherche.

Pour que votre site soit visité, il faut donc qu’il soit :

  1. Intéressant (et là, le jugement est subjectif et concerne bien des domaines)
  2. Connu de Google et de ses concurrents

La danse de séduction pour faire craquer Google et consorts

Je vous invite à vous reporter aux nombreux sites, qui vous expliquent comment faire pour que votre site soit le plus intéressant possible, intéressant pour GOOGLE. (On ne parle pas encore du visiteur).

Il faut alors vous lancer dans l’apprentissage des règles de conduite, spécifiques à Internet. Du S.E.O., du design, du netlinking,….Il serait fastidieux de devoir tout lister (et encore, cela serait voué à être incomplet). Mais avant d’espérer quoi que ce soit, il vous faut vous faire apprécier des moteurs de recherche.

Le crawl des moteurs de recherche est l’acte que vous attendez avec impatience, alors ne manquez pas ce rendez-vous amoureux. Avez-vous pensé au maillage interne de votre site ? Et la version pour les appareils mobiles ? Et les liens pointant vers votre site ? Et les balises ? Et la réécriture de vos url ? ……

Partons du principe, que vous êtes motivés et organisés et que vous avez réussi à franchir tous ces obstacles….Votre site est prêt à s’unir avec Google. Ce dernier reconnait désormais la qualité de votre site, même si vous n’êtes pas le seul sur la liste de bal du moteur de recherches. Alors, avec qui ce géant de la Toile va-t-il vouloir danser ? Celui, qui a le plus gros portefeuille…Oui dans certains cas, et il vous faudra, si votre marché est ainsi constitué, passer par la case de l’achat de mots clés, de publicités imposées…et le coût peut vite devenir faramineux….

La réussite sur le Web, une question d’infidélité avant tout

SEO, GOOGLE, et les autres que d'aventures

Une passion à sens unique avec Google

Mais si vous cherchez à séduire Google et que vous avez été choisi, que l’on soit bien clair cela vous rapporte ….(suspens)….(on reconnait le talent du rédacteur qui vous maintient en haleine)…(encore quelques secondes de patience, juste le temps de m’envoyer vos prochaines commandes en cliquant sur le lien optimisé : Eric Redaction)….cela ne vous rapporte absolument rien.

Ne comptez pas sur Google pour vous faire un chèque ou pour commander vos produits, Google a juste été séduit par votre site et ce dernier apparaît donc dans les bonnes feuilles du moteur de recherche. En clair, lorsqu’un internaute effectue une recherche sur l’un de vos produits ou de vos services, le moteur de recherches lui indique que vous existez. Il vous faut maintenant séduire le consommateur, qui lui va vous payer pour vos produits et/ou vos prestations, quitte à devoir tromper Google…Ne vous posez pas trop de questions quand même, mais osez l’infidélité virtuelle…

On en parle vendredi, dans le second volet, de cette approche amoureuse de la réussite sur le web, et on s’interrogera alors sur les méthodes pour séduire votre prochain client, ce qui pourrait déplaire à votre entremetteur (car Google n’est que cela). En attendant, dîtes nous ou vous en êtes dans votre histoire avec Google ?

Du papier au Web, la rédaction, de multiples méthodes pour un objectif commun…

Il ne s’agit aucunement de dire ici que l’on écrit pour le Web comme on le fait pour le papier, bien au contraire. Chacune de ces rédactions repose sur des contraintes mais aussi des exigences particulières. La rédaction pour le Web, dont je vous parle régulièrement, repose sur des critères de visibilité et d’attractivité, alors que l’écriture papier peut sembler plus informative dans une première approche.

Le livre et le journal, un support de la connaissance

Ecrire un livre d'heures

On est loin de la rédaction à la chaîne…

Inutile de remonter à l’origine de l’écriture, puisque même là d’innombrables spécialistes se déchirent dans des querelles, qui, même si elles sont passionnantes (l’épopée de Gilgamesh mériterait à elle seule qu’on s’y attarde), ne nous apportent rien ici.

L’écriture est, sous sa forme traditionnelle à savoir le livre et le périodique, une mémoire que l’on se passe de génération en génération.  On prend plaisir à retrouver les écrits d’Homère ou ceux de Voltaire, comme on peut prendre du plaisir à retrouver les héros de son auteur préféré.

Pour la culture comme pour le divertissement, le support papier est alors (jusque dans des années récentes) un objet recherché et attendu. On ne peut pas acheter tous les livres, alors on les sélectionne avec soin. On peut être parfois enthousiasmé, parfois déçu mais à chaque fois, cela procède d’une réelle volonté de notre part.

Même si je parle au présent, ce rapport s’est quelque peu distendu depuis la généralisation d’Internet.

La Toile, l’écriture comme objet de consommation

L'utopie du savoir universel

En un clic, tout le savoir du monde…vraiment ?

Sur la Toile, l’écrit n’a pas la même vocation. Il peut aussi être informatif (Wikipédia en est un parfait exemple avec les critiques, que l’on peut lui adresser), ludique (les sites de jeux, les sites de vidéo,…), pratique (sites météo, de programme TV,…).

Mais la lecture sur la Toile s’apparente plus à une consommation de masse. On zappe d’un site à l’autre, sans avoir recherché spécialement ce site précis. Il existe bien évidemment des exceptions avec des sites de très haute tenue, recherchés pour leur savoir.

On consomme la lecture sur Internet, on ne la choisit pas (ou très rarement). Il faut donc répondre aux attentes du lecteur, sans prendre le temps de poser les questions qui sont adjacentes au thème abordé.

Elle n’est pas plus « mauvaise » que l’écriture papier mais répond à d’autres aspirations et donc s’en éloigne. La très grande majorité du contenu de la Toile est appelé à disparaitre dans l’oubli, même si on en conservera toujours une trace (à l’inverse du support papier, qui peut parfois être présent dans nos idées mais avoir disparu physiquement,…)

La rédaction, une passion des mots et une curiosité sans limites

Rédaction pour Internet

La rédaction, de la passion et beaucoup de travail…

Une chose ne change cependant pas, c’est la rédaction en elle-même. Que l’on soit journaliste, écrivain, essayiste, rédacteur web, écrivain public,…, on ne cherche qu’une chose : satisfaire ses lecteurs. Il suffit donc de connaître les attentes de son public et de s’y adapter. Ensuite, un long travail (apprendre l’orthographe et la grammaire ne se fait pas en une heure) débute, et au fil du temps on parvient à s’exprimer de la manière la plus claire et la plus simple possible.

Dans tous les cas, le rédacteur devra aussi bien se documenter, évitant ainsi les approximations ou pire les erreurs dans son texte.

Un texte bien écrit, avec un contenu fiable et intéressant et à la portée de son lectorat, voilà donc la mission d’un rédacteur, que ce soit pour le print ou le Web. J’essaie tant bien que mal d’assumer toutes ces fonctions et au vu des retours de mes clients, je peux m’enorgueillir d’être sur la bonne voie. (C’est ici, que vous devez alors cliquer pour me confier vos rédactions…il faut bien aussi apporter une dimension commerciale à ce billet).

Et vous quelle différence faites-vous entre l’écriture Web et l’écriture papier ?

La rédaction Web, une variable d’ajustement pour le télé travail

Je ne vous parle, en règle générale, que de la rédaction web. Depuis que j’exerce cette profession de rédacteur pour le web, j’ai pu en appréhender bien des aspects, même si il me reste encore tant à découvrir. Mais cette écriture pour le web, qu’elle soit ou non optimisée S.E.O., n’est pas ma seule activité. J’ai déjà évoqué celle d’écrivain public, une mission passionnante qui aide les autres, celle de rédacteur des livres de votre vie , qui permet de vivre de bien belles histoires,….Mais le monde de l’entreprise n’est pas épargné par ma boulimie et ma curiosité, même si les entreprises ne pensent pas toujours à faire appel à un rédacteur web.

Le télé travail, une tendance de plus en plus importante

Rédiger vos documents

Un collaborateur même en pleine nuit…

On parle de télé travail, mais peut-être faudrait-il commencer par le définir. Travailler depuis son domicile ou d’un autre lieu pour le compte de son entreprise, voilà le concept qui séduit de plus en plus d’entreprises. Bien des missions sont susceptibles de passer par cette nouvelle organisation. On pense bien évidemment au :

  • Secrétariat
  • Comptabilité
  • Marketing

Tout (ou presque) peut être délocalisé à condition que la tâche concernée n’impose pas l’utilisation d’outils importants.

Une variable d’ajustement pour l’entreprise

Je ne vais pas écrire un cours magistral. Mais qui dit télé travail dit économies pour l’entreprise mais aussi pour le salarié. Ce dernier n’est plus contraint de devoir « user » sa voiture, passer de longues heures dans les embouteillages,….

De son côté, l’entreprise économise sur les absences liées à ces retards dus aux embouteillages et autres grèves, mais elle permet aussi aux salariés de se sentir mieux d’où une baisse des arrêts maladie.

Fort de ce constat, de nombreuses structures se sont donc créées pour faire face à des demandes de ces mêmes entreprises. Ainsi, il suffit de quelques secondes pour trouver une secrétaire à distance, un comptable à l’autre bout de la France,….

Et alors pourquoi pas un rédacteur Web ?

Ecrire au bon moment pour être prêt

Vos rédactions risquent d’avoir du retard…

Eric Rédaction, le partenaire idéal pour votre entreprise

Bien évidemment, si vous recherchez un rédacteur web pour produire du contenu pour votre site, vous allez confier cette mission à Eric Rédaction et vous savez alors que vous disposerez d’un texte optimisé mais aussi bien pensé pour vos lecteurs.

Maintenant, si vous cherchez à démarcher de nouveaux clients, à proposer une plaquette pour votre prochaine foire, rédiger du contenu pour votre journal interne, envoyer une lettre de fidélisation à vos meilleurs clients, …..Ayez également le réflexe Eric Rédaction.

Pourquoi me direz-vous ? Je vous détaillerez dans un prochain article les différentes prestations possibles, mais en faisant appel à Eric Rédaction, vous bénéficiez de nombreux avantages :

  • Une parfaite connaissance de l’entreprise et de ses exigences (Dans ma précédente vie, j’étais directeur d’un centre de profit, manageant une trentaine de personnes)
  • Une parfaite maitrise de toutes les formes de communication (Du slogan publicitaire à la prose commerciale, en passant par l’écriture journalistique et bien évidemment la rédaction Web).
  • Une proximité avec les clients (Vous ne traitez pas avec une agence mais avec Eric, que vous pouvez joindre à tout instant, en évitant soigneusement les heures de mon précieux sommeil)
  • Une tarification juste et claire. Eric Rédaction ne vous facture que les prestations réalisées et le devis vous indique définitivement le coût de l’intervention.
  • Un service personnalisé dans un seul but : vous faire parvenir à vos fins…

En fait, une seule chose manque à Eric Rédaction et je suis au regret de vous l’apprendre, que lorsque nous travaillerons ensemble, nous ne pourrons pas (dans la majorité des cas) :

  • Boire un petit café à la machine du bureau….Maintenant, un petit café italien vous attend si vous passez dans le secteur.

Rédiger pour Internet comme pour le print

La tasse est pour vous…alors !!!

Vous avez un projet, une idée, appelez-moi et parlons-en, c’est sans aucun engagement et au moins on apprendra à faire connaissance.

Combien de fautes relevez-vous ?

Des fautes, des fautes,...

Relevez le défi et corrigez ces fautes…

En ce mois d’août, j’ai déjà fière allure à vous proposer non pas un article recyclé mais une petite leçon (déguisée et amusante).  Ainsi donc, je fais tâche, car à l’inverse de mes collègues mais néanmoins concurrents, je ne me suis pas décidé pour le golf idyllique, baigné par les eaux cristallines de je ne sais quelle étendue marine. Pas de sport non plus, même si un 18 trous au golfe me ferait le plus grand bien mais je ne peux me l’accorder. Cette année, même en été, une tache m’attend : mon travail. Je vitupère contre ces donneurs d’ordre, auxquels je passe néanmoins le bonjour courtois.

Décrépi comme l’est ma façade, je me suis octroyé, entre deux textes, une demi-heure d’activité intense. Une cote à gravir en vélo et me revoilà tout disposé à reprendre de plus belle. Mais même si je passe mon temps à vous servir, je m’autorise néanmoins quelques plaisirs : faire bonne chair et profiter d’un mets succulent. Voilà les plaisirs que je m’autorise. Au vu des fautes laissées dans le texte, je conçois maintenant m’être trop laissé abusé par Bacchus.

Alors, chers lecteurs et chères lectrices, combien de fautes dans ce (court) texte ? Comme quoi l’orthographe est un formidable terrain de jeu. Le gagnant gagne le premier lot, à savoir le droit d’avoir sa correction en place public.

Les faux avis sur la Toile, une forme de rédaction web

C’était selon moi une évidence et je l’avais déjà dénoncé comme je vous mettais en garde, il y a quelques jours, sur les éventuels dangers de vos écrits.  C’est désormais officiel, les pouvoirs publics, en l’occurrence la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence et de la répression des Fraudes) dénoncent, dans l’avis rendu le 22 juillet 2014, les fraudes à la recommandation.

La rédaction SEO de faux avis

Ecrire pour le web des faux avis, une méthode perdant perdant ?

Ecrire pour le Web, une volonté de tromper ?

 

Vous vous doutez déjà de quoi il s’agit. La DGCCRF souligne l’explosion des faux avis sur les sites étudiés. De 28.8 % en 2012, ce taux de fraude est passé à 44.4 % en 2013.

Ces faux avis peuvent prendre la marque d’un éloge d’une marque ou d’un produit mais peuvent aussi se présenter sous la forme d’une critique en règle d’un site (le faux avis est alors posté par le concurrent).

Ces pratiques existaient déjà avec le commerce traditionnel et elles continueront d’exister dans les années à venir.

Alors que chacun peut constater, jour après jour, que les moteurs de recherche multiplient les règles contraignantes, les sites eux-mêmes multiplient les façons de tricher et de contourner ce cadre.

 

Ecrire des faux avis, une écriture SEO ?

 

On s’en doutait tous et ce n’est qu’une confirmation. La seule conséquence de cette étude va être de mettre les prospects (et donc les clients) dans un état de veille encore plus important (comme si cela était possible).  Attention toutefois, le contrôle ne porte que sur 139 sites et principalement dans le secteur du tourisme.

Pour les médias, la chose est entendu et un avis sur deux ou presque est bidonné. Des grands sites ont été audités, comme Expedia ou Tripadvisor et eux-aussi sont pointés du doigt. On ne dénonce pas (encore !!!) leur volonté de nuire mais la DGCCRF reproche un manque de contrôle. Les avis étant postés par les clients de ces sites prescripteurs….

La confiance s’envole et tout le monde en pâtit. D’autant plus que les pros du marketing devraient connaitre les dangers d’un tel système de fraude, qui peut se révéler totalement improductif.

Je refuse désormais systématiquement toutes les demandes de ce genre (et détrompez-vous, elles sont très nombreuses)  et j’invite tous les rédacteurs à en faire de même, bien que sachant que mon appel est une bouteille à la mer….

Et vous, tenez-vous compte des avis et autres impressions client ?

Les plateformes de rédaction ou lorsque l’écriture devient une prestation comme les autres  

Je vous le précisais déjà, dans mon article de lundi dernier, les vacances sont faites aussi pour se mettre à jour et publier des infos différentes du reste de l’année. Ne publiez pas au mois d’Aout, une étude qui vous a demandé un an de travail….C’est donc ce que je vais faire aujourd’hui, en revenant sur les plateformes de rédaction.

Ecrire pour une plateforme, l’art et la manière de lire entre les lignes

Vous voulez écrire pour le Web et gagner un peu d’argent. Vous vous passionnez pour la rédaction SEO et vous voulez en faire votre métier. Il va falloir vous former, lire, apprendre et aussi (et surtout) pratiquer. Car pour bien écrire pour le Web, il faut déjà savoir :

  1. Bien écrire
  2. Connaître le Web

En fait, il n’existe pas d’ordre réel. Vous pouvez commencer par apprendre les règles SEO, les exigences de la Toile et après travailler votre écriture.

Ce n’est que lorsque vous maitriserez ceci que vous pourrez commencer à prospecter vous-mêmes vos clients. En attendant, les plateformes de rédaction vous offrent la possibilité de vous lancer. Vous écrivez à votre rythme et selon le cadre que vous avez défini au préalable.

Quelle plateforme choisir pour commencer à écrire ?

La question est délicate à trancher. Je vous laisse découvrir mes avis sur les plateformes déjà évoquées ici (promis d’autres suivront) :

  • Oboulo, pas vraiment une plateforme
  • Wordissimo, à essayer même si j’en suis revenu
  • Textbroker, une plateforme incontournable même si les tarifs sont vraiment faibles . Mais pour s’entraîner, la plateforme reste à essayer
  • Great Content, une réelle plateforme avec beaucoup de travail, une rémunération correcte et du travail de qualité. Essentiel pour le rédacteur en herbe que vous voulez devenir.
  • RedactiWeb, un must du genre. Je sais que certains critiquent et haïssent cette plateforme mais c’est vrai que si elle est très très exigeante, le travail est rémunéré à sa juste valeur et il s’agit réellement du travail d’un rédacteur de A à Z. (Non je n’ai aucune action dans le groupe).
  • Populis Create. Ici vous n’écrivez pas pour des clients mais pour Populis Create. Chaque article rémunéré 6 euros et on ne vous demande pas d’être l’expert du sujet traité. Pourquoi pas ?
  • Textmasters. L’autre incontournable de la liste. Des textes en nombre, des sujets variés et une rémunération correcte (en fonction du sujet) à essayer en priorité.
  • Independant Publishing, une plateforme passionnante mais qui a dû fermer ses portes…

J’aurai pu en mettre d’autres mais bon c’est un article de vacances alors gardons en un peu pour la rentrée.

Un podium pour l’été

Allez, vous voulez essayer et voir si vous pouvez gagner de l’argent en rédigeant des textes pour le Web. Si vous commencez je vous donne les 3 sur lesquelles vous devez vous inscrire en priorité (Toutes les inscriptions sont gratuites). Je vous ai placé les trois dans l’ordre de simplicité et aussi de possibilité de gagner de l’argent rapidement.

Il ne s’agit pas de lancer une nouvelle carrière mais voir si cela vous convient. Ainsi avec Textmasters, cela peut être très rapide.

Cliquez sur le nom et vous voilà devant la page d’inscription

  1. TEXTMASTERS
  2. GREATCONTENT
  3. TEXTBROKER

Certains vont me dire que je n’ai pas mis RedactiWeb, et c’est volontaire. La plateforme étant exigeante, elle demande plus de temps pour en maitriser le fonctionnement mais aussi pour satisfaire aux attentes des clients.

Laissez-nous un petit message pour nous dire ce que vous avez pensé de ces différentes plateformes de rédaction.